Les signes et les comportements indiquant une dépendance

Vue d’ensemble

La toxicomanie peut être la plus grosse difficulté qu’une personne puisse avoir à affronter. Heureusement, il existe tout un éventail de traitements qui peuvent l’aider à rompre le cycle de la dépendance, à retrouver la santé et à guérir son esprit.

Le type précis de traitement requis dépend largement de la drogue consommée, de l’importance et de la durée de la dépendance et de la personne elle-même. Certaines drogues entraînent une forte dépendance physique qui provoque divers symptômes de manque désagréables. Parfois, la dépendance chimique peut être telle qu’un sevrage complet et brutal peut mettre la vie du toxicomane en danger.

Certaines autres substances n’entraînent que peu, ou pas, de dépendance physique, mais le consommateur peut avoir développé une très forte dépendance psychologique qui le pousse à continuer à prendre la drogue même s'il est évident que cela nuit à sa santé et à ses relations. La dépendance physique s’accompagne bien souvent d’une dépendance psychologique, ce qui fait qu’il est encore plus difficile de se débarrasser de l’habitude.

Tous les traitements de dépendances intègrent plusieurs éléments. La désintoxication est la période initiale au cours de laquelle la personne cesse de prendre de la drogue. Elle peut être plus ou moins difficile selon le type de drogue et il peut parfois être nécessaire de diminuer progressivement la consommation dans un premier temps, ou d’avoir provisoirement recours à un médicament de substitution. La personne aura aussi souvent besoin d’un soutien psychologique et émotionnel pour l’aider à traverser cette phase de désintoxication.

Chose tout aussi importante, et généralement plus longue, une procédure faisant appel à diverses méthodes thérapeutiques et de soutien est mise en place pour aider la personne à lutter contre son envie irrépressible, l’empêcher de rechuter et l’encourager à adopter de nouveaux comportements sains.

Les traitements avec hospitalisation

Pour certaines dépendances, un séjour dans un centre de désintoxication spécialisé est la meilleure option.

C’est le plus souvent le cas pour les drogues qui entraînent une forte dépendance physique et chimique comme la cocaïne, l’héroïne et d’autres opiacés. Avec ces drogues, l’organisme peut s’être tellement habitué à la présence de la substance avec le temps qu’il en a physiquement besoin pour fonctionner « normalement ».

Dans ces cas-là, un séjour dans un centre de désintoxication permet de contrôler les progrès du patient et de lui administrer des médicaments pour soulager les symptômes de manque lorsque nécessaire. Parfois, la désintoxication est rapide, avec un arrêt brutal de la drogue, tandis que pour certaines drogues et certaines personnes, une désintoxication plus « progressive » sera mise en place pour minimiser les risques et les effets de manque.

En plus de suivre et de soutenir les patients sur le plan physique durant la phase de désintoxication, les centres d’hospitalisation travaillent avec eux sur le plan psychologique et émotionnel afin de les aider à en finir avec leur dépendance et à retrouver un équilibre mental.

Même les personnes qui ne souffrent pas d’une forte dépendance physique peuvent réellement bénéficier du soutien 24h/24 proposé par un centre d’hospitalisation spécialisé. Le programme de traitement d’un patient hospitalisé intègre généralement diverses séances thérapeutiques, des activités et des groupes de soutien, tous destinés à aider la personne à traverser le processus de désintoxication et à lui permettre de développer les capacités nécessaires pour s’en sortir et d’acquérir des habitudes saines pour ne pas replonger.

Les traitements en consultations externes

Bien que dans certains cas, un séjour dans un centre puisse être la meilleure solution, selon la drogue et la personne, ce n’est pas toujours le cas. Toutes les dépendances à la drogue ne nécessitent pas un suivi important ni un soutien professionnel permanent et dans ces cas-là, un programme de traitement sous forme de consultations externes peut être la meilleure option pour aider la personne à vaincre sa dépendance et à reprendre le cours de sa vie.

Les traitements en consultations externes intègrent en grande partie les mêmes mesures thérapeutiques et de soutien que les programmes d’hospitalisation, mais ils permettent au patient de rester chez lui et de vivre presque normalement. La principale différence est évidemment qu’il ne se droguera plus et c’est ce que le traitement en consultations externes cherche à préserver.

La nature exacte d’un programme de désintoxication en consultations externes dépendra de la substance qui a été prise. Un programme de traitement prévoira généralement un mélange de thérapie individuelle et de séances de conseils, des groupes de soutien et un suivi.

L’un des principaux attraits de la thérapie en consultations externes est qu’elle permet à la personne d’être traitée pour sa dépendance sans avoir besoin de se faire hospitaliser ni d’être séparée pendant longtemps de ses amis et de sa famille. Ces programmes peuvent généralement être adaptés, avec des séances de traitement programmées en journée ou en soirée, à des dates convenues à l’avance.

Bien que les méthodes puissent différer, l’un des principaux objectifs des traitements en consultations externes est d’aider la personne à déterminer et à éliminer les raisons qui la poussent à se droguer. Cependant, pour les personnes qui souffrent de très fortes dépendances et qui prennent de la drogue en groupe, un séjour dans un centre de traitement peut s’avérer plus efficace.

La thérapie comportementale et cognitive

Vaincre une dépendance à la drogue ne consiste pas uniquement à cesser de prendre la drogue en question. Pour réussir, un traitement doit déterminer ce qui a poussé la personne à se droguer et quels comportements renforcent cette dépendance. Il doit ensuite chercher à aborder et à modifier ces comportements. La thérapie comportementale et cognitive (TCC) s’est avérée être une méthode très efficace sur ce plan.

La TCC est efficace pour traiter la toxicomanie car elle se concentre sur les pensées de la personne (d’où la partie cognitive) et sur la façon dont elles influencent son comportement. Mais là où les autres thérapies cherchent à creuser et à analyser les causes profondes et les événements du passé, la TCC cherche au contraire à modifier les pensées et donc à changer le comportement qui en découle.

La TCC s’effectue généralement en tête à tête avec un thérapeute et peut faire partie d’un programme de traitement plus vaste sous forme d’hospitalisation ou de consultations externes ou peut être pratiquée de façon autonome. Dans le cadre de la TCC, un médecin qualifié aidera le patient à mettre le doigt sur les pensées et le comportement qui jouent un rôle essentiel dans la persistance du problème de drogue et l’encouragera à adopter d'autres comportements sains.

Cette thérapie peut avoir des résultats spectaculaires, mais il ne s’agit pas d’un « remède miracle » à la dépendance ou à toute autre pathologie et tout repose sur la motivation et la détermination du patient à appliquer ce qu’il apprend au cours de la TCC et à s’y tenir.

En plus d’aider le patient à se débarrasser de ses comportements qui le poussent à se droguer, la TCC peut aussi lui permettre de mieux affronter des problèmes de la vie plus vastes pouvant conduire à se droguer. Par exemple, une personne souffrant d’une phobie sociale a pu se tourner vers la drogue pour se sentir plus sure d’elle et plus à l’aise. La TCC cherchera à déterminer les raisons qui sont à l’origine de cette phobie et à trouver un moyen de l'atténuer naturellement à travers un autre raisonnement.

Conseils et groupes de soutien

Bien souvent, toute une série de problèmes complexes sont à l’origine d’une toxicomanie. Parfois, ces problèmes peuvent être clairement évidents, mais ils peuvent aussi être enfouis au plus profond, voire même complètement refoulés. En outre, la toxicomanie elle-même peut avoir contribué à développer ou à exacerber divers problèmes et troubles mentaux.

Les séances de conseils et les groupes de soutien sont deux méthodes de traitement importantes qui peuvent être utilisées en parallèle d’un programme de traitement plus vaste, afin d’aborder ces problèmes et d’aider le patient à les résoudre.

Le niveau des conseils dépendra largement de la personne, de ses problèmes et de la gravité de sa dépendance. Parfois, une simple « thérapie de conversation » peut suffire à aider la personne à mieux gérer sa dépendance, puis son sevrage. Cependant, pour les personnes qui souffrent de problèmes plus graves et plus complexes, des conseils psychiatriques spécialisés peuvent être plus adaptés. Cette dernière option peut être particulièrement appropriée aux personnes qui prennent depuis longtemps plusieurs drogues en quantités importantes, et en particulier celles qui prennent régulièrement des drogues hallucinogènes.

Des groupes de soutien réguliers peuvent être très utiles en parallèle des conseils et d’autres traitements de désintoxication. Pouvoir parler de ses difficultés et de ses progrès avec des personnes souffrant de dépendances similaires peut constituer une très bonne thérapie pour les toxicomanes qui cherchent à s’en sortir et offre un soutien émotionnel dont ils ont tant besoin. Écouter les témoignages de ceux qui s’en sont sortis peut aussi inspirer et motiver.

En abordant et en traitant les problèmes qui poussent à se droguer, les conseils et les groupes de soutien peuvent aider à se débarrasser des dépendances et à rester sobre.