DMT

Type principal

La DMT, également appelée diméthyltryptamine, est une drogue hallucinogène naturellement présente dans les plantes et chez certains animaux, y compris chez l'homme. Elle peut aussi être synthétisée de manière artificielle. Elle est consommée pour ses effets psychédéliques, qui seraient semblables à ceux d’autres drogues comme le LSD et les champignons hallucinogènes, provoquant des hallucinations et une vision déformée de la réalité. Selon le dosage, ces effets peuvent durer jusqu’à deux ou trois heures et bien qu’ils puissent être agréables, un «bad trip» peut être une expérience très traumatisante. Le concept de «trip» fait référence aux expériences visuelles et auditives émergeant du subconscient, qui font voir et entendre des choses qui n’existent pas.

La DMT peut être fumée, injectée, sniffée ou prise par voie orale et est consommée depuis longtemps, en particulier par les cultures d’Amérique du Sud. Aujourd’hui encore, elle est toujours utilisée par endroits à des fins religieuses et traditionnelles. Ceci, ainsi que le fait qu’elle soit naturellement présente dans les plantes, a amené certains consommateurs à penser qu’elle était sans danger, alors que ce n’est pas forcément le cas. La consommation de DMT à des fins récréatives est généralement très rare par rapport à la plupart des autres drogues. Bien qu’il ne soit pas considéré qu’elle puisse entraîner une dépendance chimique, une consommation répétée peut amener à développer une tolérance à la drogue, poussant à augmenter les doses.

La DMT est l’une des drogues soumise au plus de restrictions. Elle est complètement illégale dans de nombreux pays et son utilisation est supposée être limitée à un usage médical et à la recherche scientifique. Elle est classée au niveau international comme une drogue de Tableau I, soit la plus haute classification possible. La plupart des gens ne connaissent pas l’existence de la DMT et on en sait généralement peu à son sujet en dehors des communautés scientifiques et médicales, ce qui explique qu’elle ne soit produite qu’en petites quantités et ne fasse pas l’objet d’un trafic important.

Ses effets varient d’une personne à l’autre et les effets psychédéliques ressentis seront largement basés sur le subconscient. C’est pourquoi la DMT peut être particulièrement dangereuse chez les personnes ayant des antécédents de problèmes de santé mentale. Il est déjà arrivé que certains consommateurs faisant un bad trip se retrouvent en état de panique et se fassent du mal.

Autres types

DMT est l’abréviation de diméthyltryptamine. Chose surprenante, elle ne possède que peu de noms de rue. Ceci est très probablement dû à sa rareté et au fait que de nombreux toxicomanes potentiels ne connaissent même pas son existence. On est loin d’en avoir autant parlé que les autres substances psychédéliques comme le LSD et les champignons hallucinogènes et elle est très difficile à obtenir ou à produire.

Au Royaume-Uni, on la surnomme familièrement «Dmitri», bien que la plupart des termes relatifs à la DMT fassent référence aux effets ressentis pendant la consommation plutôt qu’à la drogue elle-même. La DMT produit un trip relativement court par rapport aux autres drogues hallucinogènes, que l’on surnomme parfois «businessman’s trip», en référence à la durée du trip, qui serait à peu près la même que celle d’un déjeuner d’affaires.

Principaux effets

Les effets de la DMT varient d’une personne à l’autre. S’agissant d’une drogue psychédélique, les expériences surgissent du subconscient du toxicomane et il y a donc de grandes chances pour que ce qu’il voit pendant son trip soit une expérience unique. C’est pourquoi une grande partie de ce que l’on sait sur les trips provoqués par la DMT est anecdotique.

Les consommateurs ont des hallucinations visuelles et auditives, qui peuvent s’accompagner d’une sensation d’euphorie. Ceci peut altérer leur perception du temps, qui semble s’accélérer ou ralentir. Cela peut aussi altérer leur perception des couleurs et des sons. La DMT peut aussi légèrement augmenter la pression artérielle et le rythme cardiaque, avec une dilatation des pupilles. Il est impossible de déterminer visuellement la puissance d’une dose de DMT tant qu’elle n’a pas été prise.

La DMT peut être très dangereuse pour les personnes ayant des antécédents de problèmes de santé mentale ou pour celles qui se lancent dans un trip en étant anxieuses ou nerveuses. Ceci peut également déclencher des problèmes de santé mentale jusqu’alors non détectés ou latents. Ces sentiments d’anxiété et d’inquiétude peuvent être considérablement amplifiés durant un trip, provoquant ce qui pourrait bien être une expérience réellement terrifiante et atroce, s’accompagnant de nausées et de vomissements. Il est déjà arrivé que des consommateurs de DMT faisant un bad trip se fassent du mal, à eux-mêmes et aux autres, et il existe alors un risque de suicide. Une fois qu’un trip a commencé, il n’y a aucun moyen de l’arrêter tant que les effets ne s’estompent pas.

On connaît peu d’effets secondaires de la DMT, bien que certaines personnes aient eu des flashbacks du trip même après que les effets de la drogue se soient estompés. En cas de bad trip, ceci peut être très désagréable.

Pays producteurs

La DMT est une drogue très rare, dont la distribution est strictement contrôlée par les gouvernements. En règle générale, seuls les scientifiques et les médecins y ont accès à des fins médicales ou de recherche et même dans ce cas, elle est extraordinairement difficile à obtenir. Elle n’est donc produite en grandes quantités nulle part dans le monde et finit rarement entre les mains de dealers. Il n’existe que très peu de preuves indiquant que des quantités importantes feraient l’objet de trafic entre les frontières ou les continents.

Elle est traditionnellement utilisée à des fins culturelles dans certaines tribus indigènes d’Amérique du Sud. Elle a également été utilisée à des fins religieuses par certaines églises, bien que ces cas aient invariablement fait l’objet de longues batailles juridiques et de sévères restrictions concernant son utilisation.

Dans les rares occasions où la DMT finit dans la rue, elle est vendue en petites quantités en paquets ressemblant à de la poudre cristalline blanche ou en solides. Elle est alors souvent vendue sous des formes impures, qui peuvent être de couleur jaune, orange ou rose.

La DMT est cependant présente dans de très nombreuses plantes répandues et peut être extraite pour être consommée à des fins récréatives. Les instructions sur la manière de procéder et le matériel requis sont faciles à trouver sur Internet, ce qui pose quelques inquiétudes quant à l’impact que la DMT pourrait avoir à l’avenir si son existence venait à être davantage connue. Avec l’apparition d’Internet, la popularité de la DMT augmente progressivement dans les pays développés. Certains aspects du processus de production impliquent l’utilisation de substances chimiques dangereuses et volatiles, ce qui accroit encore davantage les risques.

La production, la distribution, la possession et la consommation de DMT sont bien entendu totalement illégales, mais ceci n’a pas empêché certains chimistes amateurs d’essayer d’extraire et de vendre la drogue. Ces opérations se font toutefois invariablement à une très petite échelle et sont généralement associées à la production d’autres drogues. La production de DMT ne doit être tentée que par des personnes possédant des connaissances sur les procédés chimiques impliqués et ayant accès au matériel adéquat.

Faits et statistiques

FACTS

  • La DMT est l’une des drogues hallucinogènes les plus puissantes, bien qu’elle soit relativement peu connue et difficile à trouver, en particulier par rapport à d’autres drogues aux effets similaires comme le LSD et les champignons hallucinogènes.
  • Elle a été synthétisée pour la première fois par un chimiste canadien en 1931.
  • Bien que sa consommation dans les tribus indigènes sud-américaines remonte à plusieurs générations, sa présence naturelle dans les plantes n’a été découverte qu’en 1946 par un chimiste brésilien.
  • Elle produit des trips puissants, impliquant des hallucinations et une vision déformée de la réalité.
  • Les effets de la DMT apparaissent au bout de quelques secondes et un trip dure généralement jusqu’à une heure.
  • Il s’agit de l’une des drogues soumise au plus de restrictions, son usage scientifique et médical étant même très réglementé. Elle est parfois utilisée à des fins religieuses, mais une autorisation spéciale des autorités concernées est généralement requise.
  • La DMT est présente dans de nombreuses plantes très répandues.
  • Elle est également présente dans le cerveau des mammifères, y compris celui de l’homme. La DMT jouerait un rôle actif durant le sommeil paradoxal etlorsqu’une personne est proche de la mort. Selon une théorie controversée, les situations où une personne frôlant la mort voit sa vie «défiler devant ses yeux» pourraient être attribuées aux niveaux de DMT dans le cerveau. Il n’existe cependant aucune preuve scientifique venant l’étayer.
  • Bien que les hallucinations vécues sous DMT puissent être agréables, elles peuvent aussi être très traumatisantes.
  • Elles peuvent également déclencher des maladies mentales jusqu’alors latentes chez les personnes prédisposées et exacerber des pathologies existantes.
  • Les effets hallucinogènes de la DMT durent rarement plus d’une heure, ce qui leur vaut le surnom familier de «businessman’s trip».
  • Sa structure chimique ressemble beaucoup à celle du LSD, bien que ses effets soient considérés comme plus puissants.
  • La consommation de DMT aurait très peu d’effets secondaires.

STATISTIQUES

  • Un paquet de DMT vendu dans la rue pèse généralement entre un huitième et un demi-gramme, avec des prix à partir de 25£ (environ 40$) au Royaume-Uni.
  • S’agissant d’une drogue classée au Tableau I aux États-Unis, le trafic de DMT peut facilement exposer à une peine d’emprisonnement à perpétuité, même s’il s’agit d’un premier délit sans violence.
  • Au Royaume-Uni, la possession de DMT est passible au maximum d’une peine d’emprisonnement de 7 ans et d’une amende illimitée. Il est également illégal de permettre à d’autres personnes de consommer de la DMT chez soi ou dans ses locaux.
  • Les cristaux de DMT ont un point de fusion de 44,6 - 44,8 degrés Celsius et un point d’ébullition de 60-80 degrés Celsius.
  • Lorsqu’on la fume, une dose de 60 mg de DMT devrait suffire pour ressentir ses effets. En cas d'ingestion par voie orale, un dosage plus important est nécessaire.
  • Un trip à la DMT commence à se faire ressentir au bout de quelques secondes et dure environ une heure, selon le dosage.
  • Dans les 1 à 2,5 minutes qui suivent la prise de la drogue, les consommateurs ont déclaré avoir ressenti une sensation de transcendance et d’euphorie, parfois décrite comme une «ouverture sur d’autres dimensions».
  • Lorsque la DMT est prise avec un inhibiteur de monoamine oxydase (IMO), ses effets peuvent durer jusqu’à 3 heures. Les IMO sont cependant connus pour être dangereux, en particulier lorsqu’ils sont associés à d’autres substances.
  • La DMT a été découverte dans plus de 50 espèces de plantes différentes, appartenant à 10 familles distinctes.
  • On a également découvert sa présence chez 4 espèces animales différentes, y compris chez l’homme.

Signes de dépendance

La DMT n'entraînerait pas de dépendance chimique. Cependant, sa consommation répétée peut entraîner une dépendance psychologique, les effets de la drogue étant tellement agréables que le consommateur a l’impression de ne pas pouvoir s’en passer. Un consommateur de DMT en plein trip est relativement facile à identifier, car il voit et entend des choses qui n’existent pas. Un comportement irrationnel et des émotions inappropriées peuvent indiquer qu’une personne est sous l’influence de DMT. Les autres symptômes de la DMT incluent des pupilles dilatées, ainsi qu’une augmentation de la pression artérielle et une accélération du rythme cardiaque.

Un bad trip peut être particulièrement traumatisant et la personne sera visiblement plongée dans un grand désarroi, sans pouvoir expliquer pourquoi. Chez les consommateurs ayant des antécédents de maladies mentales ou qui y sont prédisposés, ainsi que chez ceux qui entament un trip en étant angoissés, un trip à la DMT peut être très destructeur, à la fois lorsque les effets de la drogue se manifestent et sous la forme de flashbacks du trip qui reviennent pendant longtemps par la suite. Les consommateurs plongés dans cet état risquent de se faire du mal, à eux-mêmes et aux autres.

La DMT n'est pas particulièrement considérée comme une drogue sociale et le fait de passer de plus en plus de temps seul et de ne plus avoir d’échanges avec les autres peut être un signe de consommation de DMT. La présence de matériel de chimie et de substances chimiques dangereuses peut être la preuve qu’une personne produit de la DMT, soit pour sa propre consommation, soit pour la revendre.

Traitements

La DMT n’entraînerait que peu de risque de dépendance et les quelques cas possibles seront très certainement dus à un besoin psychologique et non physiologique. Lutter contre une dépendance à la DMT est donc essentiellement une question de volonté et du fait qu’on ne lui attribue pas de risque de dépendance chimique, il devrait en théorie s’agir simplement de se débarrasser de l’habitude. Cependant, comme pour toute dépendance psychologique ou physiologique, ceci peut être plus facile à dire qu’à faire.

Il est à noter que la DMT est tout à fait illégale dans la plupart des pays et que de ce fait, une dépendance pourrait avoir des conséquences négatives, sous la forme d’une arrestation et d’une peine d’emprisonnement. Un casier judiciaire mentionnant des délits liés à la drogue compromettra également sérieusement les chances d’embauche par la suite, et toute consommation de drogue, qu’elle soit habituelle ou occasionnelle, doit donc être considérée comme préoccupante. Le risque de faire un bad trip constitue un autre problème, car cette expérience peut marquer une personne à vie.

On ne connaît aucun symptôme de manque suivant l’arrêt de la DMT; une consommation prolifique pourrait toutefois entraîner une tolérance à ses effets. N’importe quelle dépendance psychologique peut provoquer une envie irrépressible et un consommateur peut aller très loin pour pouvoir se refaire un trip.

Remplacer la DMT par des activités sans aucun lien avec la drogue et éviter toutes les occasions qui pourraient pousser à en prendre peut permettre de décrocher.

Toute personne qui ressent le besoin de modifier son état d’esprit en prenant régulièrement des drogues comme la DMT peut le faire pour affronter des situations stressantes ou traumatisantes. Dans ces cas-là, il est important de traiter les problèmes sous-jacents qui provoquent cette dépendance, comme la dépression, le stress ou même l’ennui. Il est également important d’éliminer tout contact potentiel qu’une personne en voie de guérison pourrait avoir avec la DMT afin de réduire le risque de rechute. Bien que la DMT soit plutôt rare, il peut être utile de ne pas fréquenter des personnes dont on sait qu’elles en consomment. Si un consommateur fabrique de la DMT pour sa propre consommation, le matériel et les ingrédients utilisés pour sa production doivent être éliminés.

Bien que les effets de la DMT soient très extrêmes, il devrait en théorie être relativement simple de décrocher. Il peut pourtant être difficile de se débarrasser d’une vieille habitude. Si la lutte contre une dépendance à la DMT ne devrait pas nécessiter trop d’intervention sur le plan médical, il peut néanmoins être utile de consulter un médecin pour obtenir des conseils sur la façon de gérer une envie psychologique qui pourrait survenir.