Morocco

Centres médicaux et de désintoxication

Skhirat Centre

Spécialisation:

désintoxication

Adresse/Contact:

Skhirat Centre
Meknes
Maroc

Autorités nationales en charge de la lutte contre les stupéfiants

Nom:

ministère marocain de l’Intérieur

Le ministère de l’Intérieur du gouvernement marocain est en charge de la stratégie nationale de lutte contre la consommation et le trafic de drogues dans le pays. Le gouvernement marocain travaille en étroite collaboration avec les organismes internationaux de lutte contre les stupéfiants, y compris l’ONUDC, la Drug Enforcement Agency (DEA) américaine, INTERPOL et l’OICS (Organe international de contrôle des stupéfiants).

En dehors de l’accent mis sur les mesures visant à empêcher le trafic, la stratégie anti-drogue du gouvernement se concentre également sur le développement économique et, dans le cas de la production de cannabis, sur les cultures de substitution. L’un des objectifs globaux consiste à réduire considérablement la quantité de cannabis cultivée dans le pays.

Stratégies de lutte contre les stupéfiants et plans de sécurité nationaux

Nom:

Morocco 2009 International Narcotics Control Strategy Report

Type:

sécurité

Publié par:

Wikileaks

Date:

30 octobre 2009

Lien Internet:

www.cablegatesearch.net/cable.php?id=09RABAT886

Site Internet de l’auteur de la publication:

www.wikileaks.org

Règlementations et lois régissant la lutte contre les stupéfiants

Nom:

Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, 1988

Publié par:

ONUDC

Date:

1988

Lien Internet:

www.unodc.org/pdf/convention_1988_en.pdf

Site Internet de l’auteur de la publication:

www.unodc.org

Faits et statistiques

  • Le cannabis a toujours été la drogue la plus consommée au Maroc. Le pays est l’un des plus gros producteurs de cannabis au monde.
  • On estime que l’industrie de production de cannabis emploie pas moins de 100000 Marocains.
  • Environ 30% de l’ensemble du cannabis saisi dans les divers pays en 2003 provenaient du Maroc. En 2009, cependant, ce pourcentage n’était plus que de 20%, laissant penser que le pays devenait un producteur de cannabis moins important.
  • Le Maroc est un État islamique et bien qu’il soit néanmoins plus libéral en ce qui concerne la vente d’alcool, la consommation d’alcool reste faible dans le pays et se limite principalement aux touristes étrangers.
  • Le cannabis est consommé sous forme de hashish ou sous la forme d’un gâteau appelé «maajoune» et, lorsqu’il est fumé avec du tabac, est appelé «kif».
  • Selon des recherches menées en 1993, sur 500 étudiants de Tanger âgés de 14 à 26 ans, environ 67% avaient consommé du cannabis, 11% avaient pris de la cocaïne, 6% avaient consommé de l’héroïne et 5% avaient pris des médicaments sur ordonnance de manière occasionnelle au moins une fois au cours de l’année précédente.
  • La consommation fréquente de drogues parmi les jeunes interrogés lors de cette étude était considérablement plus faible, 11% ayant admis avoir pris des drogues fréquemment et 19% ayant déclaré qu’ils consommaient de la drogue occasionnellement.
  • Selon les recherches effectuées par l’ONU en 1993, les consommateurs d’opiacés étaient pour la plupart âgés de 20 à 30 ans.
  • 11% des personnes arrêtées pour trafic de cocaïne à destination de l’Italie en 2008 étaient des ressortissants marocains, ce qui représente le plus fort pourcentage de tous les pays.

Organisations gouvernementales/non gouvernementales

Aucune information disponible